Glacé comme la mort, James Hayman

Glacé comme la mort, James Hayman

CVT_Glace-comme-la-mort_1927L’histoire

Elaine Goff est une jeune et brillante avocate de Portland à qui tout réussit. Jusqu’à ce qu’on retrouve son corps nu et gelé dans le coffre de sa BMW, abandonnée sur un quai du port. Dans sa bouche, un bout de papier sur lequel le tueur a inscrit une étrange citation biblique.
À mesure que l’enquête de l’inspecteur Mike McCabe et de sa partenaire Maggie Savage progresse, la liste des suspects s’allonge : l’un des associés du cabinet, qui était également l’amant de la défunte, un ancien prêtre qui dirige à présent un foyer pour adolescents fugueurs, un beau-père violent, le propriétaire d’Elaine, qui semble en savoir long sur sa vie privée…
Quand McCabe apprend qu’il y a eu un témoin du meurtre, il se précipite pour l’interroger. Mais la jeune femme a disparu. S’est-elle enfuie ? Ou, pire, le tueur l’a-t-il retrouvée ?
Car ce dernier n’a pas fini sa croisade sanglante…

Mon avis

J’ai sorti ce roman de ma PAL en raison de sa couverture qui me semblait de rigueur avec le temps qu’il fait dehors en ce moment ! L’intrigue se déroule en effet au début du mois de janvier, dans la ville de Portland qui subit un hiver des plus rigoureux.

Dès les premières pages, l’auteur nous plonge dans ce cadre glaçant pour nous raconter le meurtre brutal de Lainie Goff, une jeune avocate ambitieuse qui semblait promise à un brillant avenir, en dépit d’un passé douloureux qui aurait pu la briser. L’inspecteur Michael McGabe et sa collègue Maggie Savage vont devoir faire le jour sur cette affaire, en suspectant tour à tour les hommes de la vie de Lainie.

J’ai trouvé le début très prometteur et j’avais hâte de me plonger dans ce qui me semblait être un roman au suspense haletant. Sauf que malheureusement, le soufflé n’a jamais pris, même si j’ai trouvé le style de James Hayman particulièrement agréable à lire : son écriture est très visuelle, on se croirait dans un épisode des Experts !

Il faut dire que je pensais avoir affaire à un thriller, j’ai donc été assez déçue quand je me suis rendue compte que Glacé comme la mort était d’avantage une enquête, que l’on suit à travers les yeux du policier, sans jamais en savoir plus sur la psychologie du coupable.

Par ailleurs, je ne me suis pas spécialement attachée à Michael McCabe – qui a vraiment quelques problèmes à résoudre à mon avis ! – et j’ai été vraiment dépitée de voir à quel point le personnage de Maggie lui servait de faire-valoir.

J’attendais donc énormément du dénouement de l’enquête, histoire de contrebalancer mes impressions négatives, mais malheureusement cela n’a pas été beaucoup plus concluant : j’ai espéré un rebondissement qui n’est jamais venu, et pire encore, j’avais deviné l’identité du coupable assez tôt…

Glacé comme la mort a donc été une déception pour moi, car je m’attendais vraiment à beaucoup plus de suspense, une psychologie plus poussée des personnages et un final peut-être moins abrupt. Un rendez-vous raté en somme, même si j’ai lu ce livre assez rapidement.

Ma note : 3/5

 

Glacé comme la mort de James Hayman, L’Archipel, 450 pages, 22 €.

Vous aimerez peut-être...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Wordpress snowstorm powered by nksnow