L’année du flamant rose d’Anne de Kinkelin

L’année du flamant rose d’Anne de Kinkelin

Cela faisait un petit moment que je n’avais pas lu de roman publié par les Éditions Charleston et quand j’ai aperçu ce drôle d’oiseau qui était clairement en train me faire de l’œil depuis son étagère, il ne m’en a pas fallu plus pour me laisser tenter par L’année du flamant rose d’Anne de Kinkelin.

image1(2)

L’histoire

Louise, Ethel, Caroline. Trois amies, joyeuses mais solitaires, partagent tout, leurs peines et leurs bonheurs, leur passion aussi pour les belles choses. Toutes trois sont des créatrices, des faiseuses de rêves, dans leurs ateliers qui se font face dans un passage parisien.
Louise, joaillière, crée des bijoux qui réjouissent le cœur et les yeux. Ethel, corsetière, réveille les sentiments et les sens des amoureuses éperdues (et des autres). Caroline, relieuse, redonne vie aux livres anciens, tout en rêvant la sienne. Toutes trois, passionnées, sont amoureuses de l’amour, mais celui-ci leur semble inatteignable…
Le jour où Louise s’entiche d’un flamant rose empaillé, superbe et quelque peu étrange, qu’elle installe dans son atelier, son regard sur la vie semble changer. Après sa rupture, elle est face à un défi : se relever, tenir debout, comme le flamant sur une patte, pour sa petite fille, Rose, malgré sa fragilité et les obstacles.
Cette année, les trois femmes sauront-elles trouver la force de se reconstruire ?

Mon avis

L’année du flamant rose est un roman court, mais avec suffisamment de profondeur pour que l’on s’immerge dans le quotidien de trois artistes qui se retrouvent à un moment-clé de leur vie. Le passage parisien dans lequel Louise, Ethel et Caroline exercent leur passion a d’ailleurs été pour moi l’un des aspects les plus séduisants du roman, car je fais toujours preuve de curiosité envers le processus de création, quel que soit le domaine – ici la joaillerie, la confection de corsets et la restauration de livres anciens.

En plus de leurs préoccupations “arty”, nos héroïnes sont confrontées aux aléas de la vie (divorce, nouveau départ, grossesse…) qui viennent bouleverser leur quotidien et mettre à l’épreuve des liens d’amitié pourtant solides. Chacune de ces femmes se livre, se dévoile, montre ses faiblesses et surtout reprend des forces au fil des pages et il est intéressant d’assister à leur douce métamorphose.

L’année du flamant rose dégage un côté parisien assumé, qui peut séduire comme déplaire, mais qui m’a personnellement plu d’autant que l’auteure possède une voix propre qui apporte tout son charme au récit. Un récit emprunt de délicatesse et de féminité, même si je regrette qu’au final, il se soit montré bien moins loufoque ou atypique que ce que j’avais pu imaginer.

J’aurais aimé que le fameux flamant rose empaillé soit plus présent, en apportant peut-être une petite note d’humour décalé par exemple. Autre bémol : les dialogues m’ont semblé trop travaillés et donc peu naturels, comme s’ils sortaient tout droit d’un film d’auteur. Cependant, même si je m’attendais à plus de légèreté de la part de ce livre, j’ai quand même passé un bon moment à flâner dans les rues de Paris aux côtés de trois héroïnes qui ont su me toucher, chacune à sa manière.

Et vous, avez-vous déjà lu ce roman ? Quelle a été votre dernière lecture so Charleston ? Dites-moi tout en commentaire ! 🙂

Vous aimerez peut-être...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Wordpress snowstorm powered by nksnow