La maison de Tess, Cathy Kelly

La maison de Tess, Cathy Kelly

L’histoire

Tess a toujours vécu heureuse à Avalon. Mais aujourd’hui, depuis son charmant cottage, elle peine à faire face à son récent divorce et aux difficultés financières rencontrées avec son magasin d’antiquités… Sa fougueuse sœur Suki, elle, a depuis longtemps coupé les ponts avec la ville de son enfance pour épouser un homme promis à un brillant avenir politique. Mais quand elle devient la proie d’un biographe tenace, elle n’a d’autre solution que de retourner à Avalon, qu’elle s’était juré d’oublier. De son côté, la joyeuse et exubérante Mara vient chercher auprès de sa tante Danae le soutien qui lui permettra de surmonter une rupture difficile. Appréciée de tous, Danae est responsable du bureau de poste de la petite ville balnéaire depuis des années. Sa vie solitaire et recluse lui convient à merveille et lui permet de protéger un lourd secret qu’elle se refuse de partager.  La vie suit donc son court tant bien que mal sur la côte irlandaise. Mais à l’approche des fêtes de Noël, des événements qu’elles n’attendaient pas vont les placer devant un choix crucial à faire…  Quatre femmes, quatre destinées, pour qui la volonté d’en finir avec le passé va s’incarner dans l’expression d’une amitié inébranlable.

Mon avis

Destins de femmes… C’est le sous-titre qui pourrait être donné à ce roman qui gravite autour de quatre personnalités : Tess, quadra dynamique en instance de divorce, sa sœur Suki au tempérament de feu, Danae qui cache un (très) lourd secret, sa nièce Mara qui tente de se remettre d’un chagrin d’amour.

On pourrait aussi dire que c’est une histoire de femmes, écrite pour les femmes. Cathy Kelly nous emmène à la rencontre de ses héroïnes dont elle nous révèle tout (le passé, les doutes, les chagrins comme les petites joies du quotidien) pour les rendre plus proches de nous. On sent qu’elle porte un amour inconditionnel à ses personnages aussi malheureux et imparfaits soient-ils. Et c’est communicatif.

Si l’intrigue ne brille pas par son originalité et si les personnages masculins sont tout juste esquissés, on se plait à passer du temps dans la petite ville d’Avalon, dans les recoins du magasin d’antiquités de Tess “Au temps perdu” au salon de thé où l’on craquerait volontiers pour un chocolat chaud accompagné d’un scone, en passant par les maisons cosy typiquement irlandaises. Et puis c’est agréable de retrouver l’esprit des petites communautés, où tout le monde se connaît…

En résumé, La maison de Tess est un roman sans prétention, dans lequel on se sent bien. Je conseillerai juste aux futures lectrices de le lire en fin d’année, car l’essentiel de l’histoire se déroule en automne et en hiver, avec une grande place accordée à Noël… Et les bons sentiments passent mieux à ce moment-là !

Du côté des challenges : le Mois Anglais et Lire en thème : A la découverte d’un auteur.

 

La maison de Tess, de Cathy Kelly, aux Presses de la Cité, 477 pages, 21,50 €.

Vous aimerez peut-être...

4 Replies to “La maison de Tess, Cathy Kelly”

    1. C’est une lecture sympathique, par contre si je devais relire cette auteure, je me contenterai du format poche 😉 (j’ai reçu La maison en SP)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Wordpress snowstorm powered by nksnow