L’histoire de la Bête, Serena Valentino

L’histoire de la Bête, Serena Valentino

l histoire de la bêteL’histoire

C’est une histoire vieille comme le monde : celle d’un prince cruel transformé en Bête.
Et celle d’une belle jeune fille qui surgit dans sa vie. Le monstre est métamorphosé par la compassion de la jeune fille et l’amour qu’il ressent pour elle.
Puis ils se marient et ont beaucoup d’enfants.

Mais comme pour chaque histoire, il y a plusieurs versions. Qu’importe ce que l’on a pu dire ou écrire, une seule question demeure : qu’est-ce qui a changé le prince en la Bête que l’on connaît ?

Voici l’une de ces histoires. Une histoire de bêtes, et, bien sûr, de belles.

Mon avis

Comme beaucoup, j’apprécie les réécritures de contes, les préquels, les suites… qui permettent de retrouver la magie d’une histoire, tout en ayant droit à quelques petites nouveautés souvent bienvenues. Avec L’histoire de la Bête de Serena Valentino, j’ai été servie !

Ce court roman inspiré de la version de La Belle et la Bête de Disney retrace le parcours du Prince avant qu’il ne soit victime de la fameuse malédiction. On y découvre un jeune homme égoïste, arrogant et détestable, qui s’entend d’ailleurs très bien avec un certain Gaston ! Si ce dernier est présenté comme son meilleur ami, il est surtout un adversaire à qui se mesurer, que ce soit pour chasser du gibier ou séduire de jeunes demoiselles…

Même si le texte comporte quelques défauts – de nombreuses ellipses et des noms improbables comme la fameuse Tulipe Morningstar – j’ai passé un bon moment de lecture en compagnie du Prince puis de la Bête, mais aussi de Big Ben, Mrs Samovar et Lumière qui nous font le plaisir de faire une apparition humaine plutôt remarquée.

Le thème de la malédiction est particulièrement bien abordé, avec tout un “côté obscur” très intéressant que l’on découvre à travers les yeux de la Bête : les trois sorcières qui s’amusent à le tourmenter, les statues qui le surveillent à chaque instant, et bien sûr la fameuse rose qui se flétrit à mesure que le temps passe, menaçant de le faire sombrer à jamais…

La fin est un peu expéditive à mon avis, mais j’ai vraiment pris plaisir à retrouver l’univers de La Belle et la Bête. Les nombreux clins d’œil au dessin animé m’ont fait sourire et j’ai apprécié les caméos inattendus d’autres personnages Disney. L’histoire de la Bête n’est peut-être pas une lecture indispensable, mais elle vaut quand même le coup, tant elle est divertissante !

Ma note : 4/5

 

L’histoire de la Bête de Serena Valentino, paru chez Hachette Romans, 192 pages, 13,90 €.

Vous aimerez peut-être...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Wordpress snowstorm powered by nksnow