Une valse à trois temps, Patricia Gaffney

Une valse à trois temps, Patricia Gaffney

L’histoire

Veuve depuis peu, Carrie est submergée par un sentiment de culpabilité : elle sait que son couple était mort bien avant qu’une crise cardiaque n’emporte son mari. Pour sa fille Ruth, encore adolescente, et Dana, sa mère possessive, elle tient bon. Peu à peu, elle émerge de son chagrin et commence à tourner la page. Jess, son premier amour, réapparaît dans sa vie et lui offre la main secourable dont elle a besoin pour sortir la tête de l’eau.
Forte d’un nouveau but et d’une passion qu’elle n’aurait osé imaginer, Carrie s’efforce de puiser dans ce nouvel amour la force d apporter un équilibre précaire à une famille en proie à ses souffrances et ses déceptions.

Mon avis

J’aime beaucoup les histoires de famille, en particulier celles qui s’attardent sur les relations entre mères et filles. Et j’attendais énormément de ce roman, notamment parce que j’ai lu et entendu pas mal de choses positives sur Les Quatre Grâces, le précédent livre de l’auteur déjà paru aux éditions Charleston.

Et je dois dire que j’ai été plutôt déçue : d’emblée, j’ai été agacée par le personnage de Carrie que j’ai eu beaucoup de mal à cerner. Pourquoi porter les habits de son mari défunt alors qu’elle ne l’aimait plus depuis des années ? Pourquoi faire endurer à sa fille le poids de sa culpabilité, et non de son chagrin ?

J’ai éprouvé un peu plus de compréhension pour Dana, la grand-mère “cheftaine” qui arrive à l’automne de sa vie et en fait un bilan… peu glorieux, il faut le dire. Elle m’a beaucoup émue. Quant à Ruth, c’est une ado qui est brutalement confrontée à la mort de son père, et qui doit en plus gérer la dépression de sa mère. Elle se cherche et enchaine les bêtises, ce qui est bien normal.

Ces trois femmes ont du mal à se comprendre et à communiquer entre elles, et la mort de Stephen va en être le révélateur. Mais je n’ai pas été captivée par l’intrigue (en particulier la romance entre Carrie et son amour de jeunesse), ni par l’évolution des personnages… C’est dommage car l’idée de base me plaisait beaucoup.

Bref, ce roman a des qualités certaines mais il n’a pas réussi à me toucher. C’est un rendez-vous manqué pour moi – d’autant que j’avais adoré La colline aux esclaves, ma précédente lecture Charleston – mais je suis sure qu’il pourrait plaire aux lectrices friandes d’histoires de femmes… en conflit avec leur mère, leur fille, voire les deux !

Une valse à trois temps, de Patricia Gaffney, éditions Charleston, 496 pages, 22,50 €. Parution prévue le 13 janvier 2015.

Vous aimerez peut-être...

2 Replies to “Une valse à trois temps, Patricia Gaffney”

  1. Bonsoir, contrairement à toi, je n’ai pas trop aimé la colline aux esclaves et j’ai eu un vrai coup de cœur pour ce roman. Comme toi, j’ai été un peu agacé par Carrie. J’ai par contre adoré Dana et Ruth.
    Bonne continuation à toi et à bientôt j’espère

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Wordpress snowstorm powered by nksnow